Impact de l'adoption de la gestion intégrée des ennemis des cultures sur la rentabilité des entreprises de grandes cultures

4c0a2394

Référence :

Belzile, L., F. Ndefo.. 2018. Impact de l'adoption de la gestion intégrée des ennemis des cultures sur la rentabilité des entreprises de grandes cultures IRDA.

Résumé :

Ce projet a permis de mesurer l’impact de l’adoption de la gestion intégrée des ennemis des cultures (GIEC) en grandes cultures. Il a été possible de mettre en commun les données technico-économiques et celles relatives à l’adoption de la GIEC pour un groupe de 124 entreprises se trouvant à la fois dans la banque de données Agritel et celle des plans d’accompagnement en agroenvironnement (PAA). Différentes approches quantitatives ont été utilisées, dont la modélisation économétrique et des approches statistiques. Les résultats les plus significatifs touchent la production de soya alors que dans cette culture, les producteurs dont le pointage d’adoption de la GIEC est au-dessus de la moyenne obtiennent de meilleurs rendements et une meilleure marge sur coûts variables (MCV). Dans les céréales à paille, l’adoption de la GIEC augmente aussi significativement les rendements. Concernant la MCV dans les céréales, la modélisation économétrique ne montre aucun effet, mais le test de différence de moyenne montre un effet. Enfin dans la culture de maïs-grain, un niveau d’adoption de la GIEC au-dessus de la moyenne procure un gain de rendement significatif. L’effet sur la MCV est comme dans les céréales à paille et le test de différence de moyenne montre que les producteurs avec un pointage GIEC au-dessus de la moyenne obtiennent une meilleure MCV. Globalement donc, l’adoption de la GIEC a un effet favorable sur la rentabilité des entreprises de grandes cultures. Peu ou pas d’effet négatif n’a été constaté, sauf sur les coûts de main-d’oeuvre, où on note que les entreprises avec un meilleur indice GIEC ont un coût de main d’oeuvre qui est plus élevé que les autres entreprises. Ce projet a certainement permis d’atteindre les objectifs ciblés et ses retombées seront très importantes pour le secteur des grandes cultures.