Protection des écosystèmes

Les animaux, les plantes, les insectes de même que les microorganismes dans le sol sont essentiels à un bon équilibre en agriculture. L’environnement, à l’intérieur duquel interagissent ces êtres vivants et leur milieu (sol, climat, eau, lumière), forme ce qu’on appelle un écosystème.

Des systèmes fragiles

Les écosystèmes sont soumis à plusieurs épreuves qui les fragilisent. Les techniques de travail du sol, d’irrigation, de récolte des cultures, de lutte aux nuisances ou encore d’application de fertilisants ou d’amendements peuvent créer un déséquilibre autant pour la faune environnante que pour la flore. À l’échelle microscopique, la protection des écosystèmes revêt une importance particulière puisqu’elle améliore la productivité des cultures et elle maintient la biodiversité du sol. Cette dernière est notamment essentielle à la dégradation des matières organiques, au recyclage des éléments nutritifs et à la rétention de l’eau. À plus grande échelle, elle permet de conserver une diversité faunique et végétale qui contribue entre autres à lutter contre des insectes nuisibles et des mauvaises herbes. Toutefois, une demande de plus en plus forte pour les denrées et des contraintes financières et climatiques obligent les entreprises agricoles à adopter des pratiques qui risquent d’avoir des répercussions néfastes à long terme sur les écosystèmes.

Les experts de l’IRDA au profit de la biodiversité

De par ses spécialités en protection des ressources, l’IRDA peut aider les agronomes à conseiller les producteurs sur les bons choix de pratiques agricoles rentables qui préservent également la biodiversité. Les experts peuvent intervenir à différentes fins, entre autres pour suggérer des pratiques qui favorisent la présence d’insectes bénéfiques, pour implanter une culture de couverture ou pour mettre en place des techniques d’irrigation et de travail du sol qui contribuent à la conservation des sols et à la diversité des ressources.

Les experts ont notamment recours à des techniques poussées telles que l’analyse du microbiome des sols agricoles. Cela permet de dresser l’inventaire de tous les microorganismes vivants dans un échantillon de sol et d’estimer les liens entre cet inventaire et les changements de pratiques culturales (ex. : rotations, engrais verts, fertilisation) ou les modifications apportées aux sols (ex. : compaction, contenu en matière organique, drainage). Les indices de santé, de productivité ou encore de pression des nuisances qui peuvent découler des analyses du microbiome permettent de conseiller les producteurs sur les techniques à adopter pour optimiser la productivité des terres, pour assurer la pérennité des systèmes de cultures et pour protéger les écosystèmes.

Technicienne de laboratoire
1 / 3
Chromatographie en phase gazeuse
2 / 3
Charrue
3 / 3

L’IRDA offre un service complet d’analyses du microbiome pour tous les types de sols, de végétaux et d’amendements organiques.