Qualité de l'air

La santé publique, la santé animale et l’environnement sont des sujets chauds qui font couler beaucoup d’encre. Ces derniers sont en majeure partie affectés par le comportement humain et surtout par les pratiques industrielles qui génèrent des émissions importantes de gaz et de polluants dans l’atmosphère.

L'agriculture, associée aux émissions d’odeurs désagréables, de poussières et de gaz

Les pratiques agricoles peuvent avoir des répercussions importantes sur la qualité de l’air dans un environnement donné. Il suffit de penser à l’épandage qui crée parfois des conflits entre voisins ou encore au sulfure d’hydrogène, un gaz toxique émis par le fumier pouvant occasionner des problèmes de santé graves chez les travailleurs dans un milieu confiné. L’air est également un vecteur important pour la transmission de maladies, autant chez l’humain que chez les animaux, ce qui peut générer des répercussions économiques majeures.

Grâce aux nouvelles technologies et à l’ingénierie moderne, les émissions provenant des champs, de l’entreposage de fumier ou encore des bâtiments de ferme peuvent être réduites à la source ou encore traitées afin d’en réduire l’importance. Les infrastructures et les installations de l’IRDA permettent de caractériser la qualité de l’air chez les producteurs, d’élaborer et de recommander des pratiques qui permettront de réduire la génération de polluants. Par exemple, modifier un système de chauffage au mazout afin d’utiliser des énergies renouvelables pourrait permettre de réduire la production de gaz à effet de serre en plus de réduire les frais d’exploitation. Modifier la moulée d’un troupeau pourrait avoir un effet bénéfique sur les émissions de gaz provenant des déjections animales. Afin de répondre à une problématique chez un producteur, un système d’incorporation du lisier à même le sol a également été testé dans le but d’amoindrir les désagréments occasionnés par les odeurs que génère l’épandage traditionnel.

Des recommandations concrètes selon les besoins exprimés

Selon le besoin rencontré, les experts de l’IRDA analysent la situation et recommandent des actions appropriées en tenant compte des limites et contraintes des producteurs. Ces recommandations permettent aux entreprises et à leurs conseillers de prendre les meilleures décisions possibles en matière de pratiques agricoles afin de réduire au maximum les répercussions sur la qualité de l’air.

Biofiltre
1 / 4
Laveur d'air
2 / 4
Laveur d'air
3 / 4
Field
4 / 4

L’équipe de l'IRDA développe un système de lavage de l’air qui réduit de 50 à 95 % les gaz et odeurs en production porcine en plus de diminuer les risques de propagation de maladies.