Impact de la biofumigation sur la banque de semences et l’écologie des mauvaises herbes

Maryse Leblanc, chercheure

Maryse Leblanc

Chercheure, agr., Ph. D.

450 653-7368
poste 320

Joindre Maryse Leblanc

Description

Les techniques de lutte aux mauvaises herbes visant à réduire les semences viables dans le sol sont restreintes en agriculture biologique. La biofumigation pourrait être une avenue intéressante pour augmenter la mortalité des graines en dormance. Elle est basée sur l’utilisation de plantes naturellement riches en glucosinolates (des brassicacées surtout) qui, lors de leur décomposition, libèrent des composés volatils toxiques (isothio - et thiocyanates) dans le sol. Ce projet vise à mettre en lumière le potentiel réel de la biofumigation à réduire la banque de semences du sol et son impact à long terme sur la communauté des mauvaises herbes. Deux expérimentations ont été mises en place à la Plateforme d’innovation en agriculture biologique à Saint-Bruno-de-Montarville. La première s'est déroulée en serre sur quatre générations de mauvaises herbes et la deuxième, en champ pendant trois ans.

Objectif(s)

  • Déterminer l’impact de la biofumigation sur la dormance des graines et la capacité reproductrice de plusieurs générations successives de mauvaises herbes.
  • Déterminer l’impact à long terme de la biofumigation sur la communauté des mauvaises herbes.

De 2014 à 2018

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

Cette technique, sur laquelle travaille l'IRDA, pourrait compenser le manque d'options dont disposent les producteurs biologiques pour lutter contre les mauvaises herbes.

Partenaires

Agriculture et Agroalimentaire Canada | Grappe scientifique biologique II

Cela pourrait vous intéresser

2019-2022 • Production maraîchère

Projet d'application Web d'aide à la visualisation et à l'interprétation des analyses de la qualité des sols en culture de pomme de terre

Ce projet propose de mettre en place une application Web conviviale et vulgarisée qui permet aux utilisateurs d'interroger la base de données des sols de pommes de terre développée par l’IRDA, l’une des plus vastes au Canada, pour visualiser l'impact de pratiques et de régies sur les caractéristiques biologiques, physicochimiques et agronomiques de sols cultivés sous divers systèmes de culture.

Chercheur : Richard Hogue

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue

Le défi de l’eau : l’Île d’Orléans se mobilise

Ce projet vise à explorer et à expérimenter de nouvelles approches et façons de faire pour maintenir, développer et mettre en valeur le secteur bioalimentaire de l'Île d'Orléans en évaluant des solutions qui ont le potentiel de diminuer, voir éliminer, le déficit hydrique sur ce territoire.

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Stéphane Godbout
2019-2023 • Production maraîchère

Quantification de l’érosion des sols organiques en production horticole à l’aide du césium-137

Ce projet permettra de quantifier la sévérité à long terme (60+ ans) de l’érosion des sols organiques.

En savoir plus sur le projet

Claude Bernard
Marc-Olivier Gasser