Identification des causes du dépérissement des fraisiers pour élaborer des stratégies de lutte intégrée

Richard Hogue, chercheur

Richard Hogue

Chercheur

418 643-2380
poste 420

Joindre Richard Hogue

Description

Ce projet proposait de réaliser un inventaire exhaustif des virus, des phytoplasmes, des champignons et des nématodes dans les pépinières et les fraisières pour préciser les causes du dépérissement des fraisiers au Québec. Une base de données compilera les informations sur les régies de production et de protection utilisées par les producteurs de plants et de fruits. La réalisation du projet rendra accessibles des services diagnostiques rapides et performants.

Objectif(s)

  • Préciser les causes du dépérissement.
  • Dresser un inventaire des pratiques culturales adoptées par les producteurs de plants et de fruits au Québec.
  • Identifier des facteurs prépondérants au dépérissement.
  • Offrir des services diagnostiques qui aideront les producteurs à identifier rapidement la cause du dépérissement.

De 2014 à 2017

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Analyses de laboratoire

Services

Ce projet permettra d'offrir de nouveaux services diagnostiques pour aider les producteurs à identifier rapidement la cause du dépérissement des fraisiers.

Cela pourrait vous intéresser

Engrais verts

Effet des légumineuses, des fumiers et du compost sur la dynamique de l'azote et la diversité microbienne du sol en production biologique

Cette étude a intégré trois facteurs établis dans un dispositif en split-split-plot, soit le mode de travail du sol, les cultures de rotation en agriculture biologique et l’apport de fumier ou de compost

Chercheure : Caroline Côté

En savoir plus sur le projet

Caroline Côté
Maïs
2017-2019 • Production maraîchère

Utilisation à grande échelle des trichogrammes contre la pyrale du maïs (ostrinia nubilalis) dans le maïs sucré frais et de transformation au Québec

Ce projet vise à augmenter le nombre de producteurs de maïs sucré frais et de transformation qui ont recours aux lâchers de trichogrammes pour lutter contre la pyrale du maïs afin d’atteindre un nombre total de 200 entreprises au Québec.

En savoir plus sur le projet