Évaluation de produits désherbants pour les bordures de paillis de plastique utilisées en agriculture biologique

Maryse Leblanc

Chercheure, agr., Ph. D.

Joindre Maryse Leblanc

Description

Une première expérience consiste à évaluer le potentiel désherbant d’une série de produits (inscrits dans le MIB (Manuel d'intrants biologiques), herbicides en développement ou huiles ayant une avenue biologique) à une dose unique afin de pouvoir faire un tamisage et rejeter dès cette étape les produits qui ne fonctionnent pas. Les produits sont appliqués sur deux mauvaises herbes (Chenopodium album et Echinochloa crus-galli) au stade 2 feuilles. Dans une 2e expérience, les produits retenus dans la 1ère expérience sont testés à différentes doses sur les mêmes espèces aux mêmes stades afin de déterminer leur dose optimum. Les huiles retenues sont aussi mélangées à un savon liquide neutre biologique pour vérifier s’il existe un effet synergique avec le savon qui permettrait de réduire la quantité d’huile. Dans une 3e expérience en champ, les produits les plus prometteurs sont testés directement à la jonction des plastiques et du sol sur une flore présente naturellement au champ.

Objectif(s)

  • Tamiser une série de produits désherbants ayant un potentiel d’utilisation à la jonction du sol et du paillis de plastique.
  • Déterminer la dose optimum des produits désherbants retenus.
  • Évaluer le pouvoir désherbant et l’impact sur le plastique des produits ayant le plus de potentiel.

De 2015 à 2016

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

Ce projet permettra de proposer des produits désherbants prometteurs aux producteurs biologiques.

Partenaires

Cultivons l'avenir II | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Agriculture et Agroalimentaire Canada | AEF-Global

Cela pourrait vous intéresser

2019-2022 • Production maraîchère

Améliorer l’efficacité de l’utilisation de l’eau par la pomme de terre en intervenant dans l’architecture du système cultural

Modifier l’architecture du système cultural est le moyen retenu pour améliorer l’efficacité d’utilisation de l’eau dans la production de pommes de terre et, par conséquent, diminuer le risque que la culture subisse un stress hydrique.

Chercheurs : Carl Boivin Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin

Le défi de l’eau : l’Île d’Orléans se mobilise

Ce projet vise à explorer et à expérimenter de nouvelles approches et façons de faire pour maintenir, développer et mettre en valeur le secteur bioalimentaire de l'Île d'Orléans en évaluant des solutions qui ont le potentiel de diminuer, voir éliminer, le déficit hydrique sur ce territoire.

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Stéphane Godbout
F