Développement de stratégies de fertilisation dans l’ail biologique combinant des engrais verts et de ferme basées sur leur dynamique de fourniture en N et P et leur impact sur la qualité des sols

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

La fertilisation azotée de l’ail biologique comporte des défis supplémentaires à celle de l’ail conventionnel. Elle augmente les coûts et ajoute des contraintes d’application. Les fumiers frais ne peuvent être appliqués au printemps à cause du délai requis de 120 jours. Leur application à l’automne met à risque la nutrition en azote au printemps suivant à cause des risques de pertes. Les fientes granulées de poules sont applicables au printemps, mais sont coûteuses et entrent en conflit avec le paillage. Appliquées à l’automne, elles minéralisent trop rapidement et relâchent des quantités d’azote nuisant à l’hivernation des caïeux. L’acquisition de connaissances sur la dynamique de fourniture en azote de régies mixtes d’engrais verts et de ferme et sur l’évolution des prélèvements de l’azote par l’ail permettra de mettre au point des stratégies de fertilisation qui assurent de combler les besoins de l’ail tout en minimisant l’accumulation de phosphore et le lessivage de l’azote.

Objectif(s)

  • Développer une stratégie de fertilisation optimale intégrant des engrais verts et de ferme qui comble les besoins en phosphore de l’ail à l’automne ainsi que ceux en azote et en potassium au printemps suivant.

De 2019 à 2023

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes, Agriculture biologique

Services

Ce projet permettra d'établir les bonnes doses de fertilisants nécessaires à la culture de l'ail biologique.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation | Cégep de Victoriaville | Club agroenvironnemental de l’Estrie | Le Petit Mas

Cela pourrait vous intéresser

Système d'irrigation
2016-2017 • Production maraîchère

Améliorer la gestion de l’irrigation en évaluant de façon précise l’efficacité réelle des précipitations

Le projet consiste à fabriquer et mettre à l’essai un simulateur de pluie portatif qui permettra d’évaluer sous différentes conditions la proportion de l’eau tombée qui peut être valorisée par une culture.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Champ de pommes de terre
2019-2022 • Production maraîchère

Améliorer l’efficacité de l’utilisation de l’eau par la pomme de terre en intervenant dans l’architecture du système cultural

Modifier l’architecture du système cultural est le moyen retenu pour améliorer l’efficacité d’utilisation de l’eau dans la production de pommes de terre et, par conséquent, diminuer le risque que la culture subisse un stress hydrique.

Chercheurs : Carl Boivin Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Luc Belzile
Foin et maïs

Essai d’inclusion de cultures fourragères pérennes comme source d’azote « fauchée-récoltée » dans une rotation longue de production biologique de pommes de terre et de grandes cultures

Des régies mixtes d’engrais verts en mélange, complémentés ou non d’engrais de ferme visant à combler les besoins en azote du maïs ensilage de la rotation, seront comparées.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry