Lutte contre la chrysomèle rayée du concombre en production biologique de cucurbitacées

Description

La chrysomèle rayée du concombre est le principal ravageur des cultures de cucurbitacées. En plus de se nourrir du feuillage, la chrysomèle transmet le flétrissement bactérien, une maladie pouvant entraîner la mort des plants. L’abondance de la chrysomèle rayée du concombre, l’incidence du flétrissement bactérien, la mortalité des plants et le rendement de parcelles de courges spaghettis semées ayant subi des pulvérisation de BioCérès seront évalués et comparés aux mêmes données provenant de parcelles sans intervention. À l'été 2015, les bioinsecticides suivants ont été évalués : BioCérès, de la compagnie Anatis Bioprotection, et Grandevo® et Venerate™, de la compagnie Marrone Bio Innovations.

Objectif(s)

  • Déterminer l’efficacité de différents produits phytosanitaires contre la chrysomèle rayée du concombre en production biologique de cucurbitacées.

De 2014 à 2018

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

L'IRDA peut évaluer l'efficacité de divers biopesticides pour un grand nombre de cultures.

Partenaire

Cultivons l'avenir II

Cela pourrait vous intéresser

Système d'irrigation
2016-2017 • Production maraîchère

Améliorer la gestion de l’irrigation en évaluant de façon précise l’efficacité réelle des précipitations

Le projet consiste à fabriquer et mettre à l’essai un simulateur de pluie portatif qui permettra d’évaluer sous différentes conditions la proportion de l’eau tombée qui peut être valorisée par une culture.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Champ de pommes de terre
2017-2019 • Production maraîchère

Développement d’une fertilisation azotée mixte d'engrais à libération contrôlée et conventionnelle permettant de contrer le lessivage et de stabiliser les rendements annuels en pommes de terre

Apporter une majorité des besoins en azote sous une forme très peu lessivable permettra de minimiser la perte d'azote et d'appliquer une dose d'azote plus près de celle réellement nécessaire.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry