Impact de l'adoption de la gestion intégrée des ennemis des cultures sur la rentabilité des entreprises de grandes cultures

Luc Belzile

Description

Ce projet vise à évaluer l’impact de la gestion intégrée des ennemis des cultures sur la rentabilité des entreprises en grandes cultures. Cela sera réalisé par les méthodes quantitatives appropriées, à partir des données obtenues de groupes-conseils agricoles. Les résultats obtenus permettront de mesurer dans quelles proportions elle contribue à la rentabilité des entreprises en grandes cultures.

Objectif(s)

  • Mesurer la contribution de la GIEC à la rentabilité des entreprises de grandes cultures.
  • Analyser la structure des coûts, notamment les coûts en pesticides, en main-d’œuvre et en services professionnels.
  • Outiller les intervenants du milieu à mieux définir les mesures encourageant l'adoption de la GIEC en grandes cultures.

De 2016 à 2018

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

Ce projet a permis de conclure que, dans bien des cas, l’adoption de la gestion intégrée des ennemis des cultures favorise les rendements et la rentabilité.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Groupes-conseils agricoles du Québec

Cela pourrait vous intéresser

2018-2020 • Grandes cultures

Évaluation de l'efficacité de quatre biofongicides dans la répression de la pourriture à sclérotes (sclérotiniose) en culture de soya – Volet économique

Évaluation de l'efficacité et de la rentabilité de quatre biofongicides pour la lutte contre Sclerotinia dans le soya.

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

2017-2020 • Grandes cultures

Validation des indicateurs de santé des sols comme outils de prédiction de fourniture en azote des sols pour des recommandations en engrais azotés plus justes

Projet visant à définir un modèle de prédiction de fourniture en azote du sol en se basant sur certains indicateurs biologiques de santé.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry