Évaluation de l’influence de facteurs biotiques et abiotiques sur l’efficacité de l’inondation printanière comme moyen de lutte physique contre la tordeuse des canneberges

Daniel Cormier, chercheur

Daniel Cormier

Chercheur

450 653-7368
poste 360

Joindre Daniel Cormier

Description

La lutte chimique avec des insecticides de synthèse ou des bio-insecticides est le moyen actuellement utilisé par les producteurs pour combattre la tordeuse des canneberges, Rhopobota naevana.

Cet insecte constitue un ravageur majeur de la culture de la canneberge qui peut entrainer des pertes de rendement atteignant 95 % de la récolte. Les insecticides actuellement autorisés en régie biologique présentent une efficacité variable et limitée. Chaque année, la tordeuse des canneberges atteint des populations importantes et des traitements insecticides répétés sont nécessaires afin de réduire les populations sous le seuil économique des dommages.

Toutefois, il n’existe actuellement qu’un seul bio-insecticide homologué et utilisé par les producteurs de canneberges biologiques (Entrust, Spinosad), ce qui rend cette culture particulièrement vulnérable. L’inondation des champs de canneberges est un moyen de lutte qui était couramment utilisé pour lutter contre les ravageurs en cannebergière avant l’apparition des insecticides de synthèse. Une inondation de 48 h à la fin du mois de mai est toujours pratiquée pour lutter contre l’anthonome des atocas.

Au cours des dernières années, des diminutions importantes des populations de tordeuse des canneberges ont été observées à la suite de cette pratique. Toutefois, les facteurs de réussite de l’inondation printanière contre la tordeuse des canneberges demeurent mal compris, résultant en une forte variabilité d’efficacité lors de sa mise en application.

Objectif(s)

  • Évaluer l’effet de facteurs biotiques et abiotiques sur l’efficacité de l’inondation printanière afin de développer une stratégie de lutte physique contre la tordeuse des canneberges en régie biologique.
  • Identifier les stades larvaires les plus vulnérables à l’inondation.
  • Déterminer le temps d’inondation optimal.
  • Évaluer l’influence de la température et du taux d’oxygène dissous dans l’eau sur le taux de mortalité.
  • Évaluer l’efficacité en champs.

De 2019 à 2022

Durée du projet

Production fruitière

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

Ce projet permettra de réduire l'utilisation des insecticides en production de canneberges.

Partenaires

Club environnemental et technique Atocas Québec | Université du Québec à Montréal

Cela pourrait vous intéresser

Canneberges
2015-2017 • Production fruitière

Tamisage d'insecticides à risques réduits contre l'anthonome de l’atoca dans les atocatières

Ce projet visait à évaluer pendant deux ans l’efficacité de différents produits phytosanitaires contre l'anthonome de l’atoca.

Chercheure : Annabelle Firlej

En savoir plus sur le projet

Annabelle Firlej
Fraise
2019-2023 • Production fruitière

Adaptation de la régie de production de la fraise à jour neutre irriguée permettant une meilleure fonctionnalité des sols grâce à l'activation des microorganismes bénéfiques par l’ajout de carbone labile à l'implantation

Ce projet propose d'adapter la régie sans fertigation des producteurs de fraises par l'apport de carbone labile afin de maintenir ou de rétablir rapidement l'activité des microorganismes bénéfiques.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
Fraises
2016-2017 • Production fruitière

Impact de l’apport de matières organiques et de biostimulants sur le rétablissement et le maintien de la santé des sols et du rendement d’une fraisière en rangs nattés présentant un historique de dépérissement

L’objectif de ce projet était de voir si l’apport de deux types d’engrais organiques ou de biostimulants permet d’obtenir des plants plus vigoureux et moins enclins au dépérissement.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry