Projet pilote sur la valorisation de l’eau provenant des précipitations dans la filière des productions horticoles

Carl Boivin

Chercheur, agr., M. Sc.

418 643-2380
poste 430

Joindre Carl Boivin

Caroline Côté

Chercheure, agr., Ph. D.

450 653-7368
poste 310

Joindre Caroline Côté
Stéphane Godbout, chercheur

Stéphane Godbout

Chercheur, ing., agr., Ph. D.

418 643-2380
poste 600

Joindre Stéphane Godbout

Description

Ce projet vise à recueillir des données pour encadrer le captage de l’eau de pluie jusqu’à sa valorisation pour divers usages en milieux agricoles. Les usages retenus sont :

1) le lavage des produits agricoles ;
2) l’approvisionnement pour la main-d’œuvre hébergée (hormis l’eau potable) ;
3) l’irrigation ;
4) l’eau nécessaire aux traitements phytosanitaires.

En ce qui a trait aux structures de captage, un premier groupe d’ouvrages « fixes » sera déployé autour de structures déjà existantes comme les grands tunnels et toitures de bâtiments.

Un deuxième groupe d’ouvrages « mobiles » sera déployé pour récupérer l’eau en plasticulture (situation avec pente) ou encore, ponctuellement dans un champ ou une surface à proximité d’un étang. Les solutions de transport, stockage et traitements de l’eau seront adaptées aux différentes conditions rencontrées.

Le projet aura une durée de trois ans et se déroulera principalement sur des entreprises agricoles situées sur l’Île d’Orléans.

Objectif(s)

  • Implanter des structures de captage (fixes et mobiles), de transport, de stockage et de traitements des précipitations qui sont adaptées à quatre usages de l’eau en milieux agricoles.
  • Décrire la qualité physico-chimique et microbiologique de l’eau selon les modes de captage, de transport et de stockage de l’eau.
  • Identifier et détailler les risques financiers, agronomiques et environnementaux conséquents à l’adoption de ces pratiques pour chacun des usages à l’étude.
  • Évaluer des procédés de traitement de l’eau en fonction de sa qualité et des usages ciblés.
  • Déterminer les coûts pour l’adoption de la pratique et son efficacité, selon les usages et les structures en présence.
  • Quantifier l’impact de cette pratique sur la diminution du risque de déficit hydrique pour les entreprises participantes et à l’échelle de l’Île d’Orléans.

De 2021 à 2023

Durée du projet

Cela pourrait vous intéresser

2018-2019

Valorisation des résidus agroalimentaires en biomolécules d’intérêt agricole : Tests stratégiques de criblage sur les résidus

Les présents travaux consistent à rendre disponible l’expertise de l’IRDA dans le domaine agroenvironnemental pour mener à bien l’étude sur la valorisation des résidus agroalimentaires en biomolécules d’intérêt agricole.

Chercheur : Stéphane Godbout

En savoir plus sur le projet

Stéphane Godbout
2016-2017

Évaluation terrain du potentiel de granules de résidus de fruits et légumes d’épicerie pour la fertilisation et l'alimentation animale

Ce projet a permis de tester au champ la valeur comme fertilisant et amendement carboné de granules de résidus de fruits et de légumes d’épicerie.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
2016-2018

Développement d’outils géomatiques d’aide à la décision en matière de gestion des cours d’eau municipaux en milieu rural dans un contexte de changements climatiques

Ce projet supporte le développement d’un ensemble d’outils à référence spatiale destinés aux gestionnaires des cours des cours d’eau et autres intervenants qui planifient des interventions durables et écologiques sur un réseau hydrique.

En savoir plus sur le projet

Aubert Michaud, retraité