Évaluation d’une régie d’application en bande fractionnée de fientes granulées de poules dans le chou en production maraîchage biologique

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

Le marché des aliments biologiques québécois connaît une croissance annuelle moyenne de 10 %. Ainsi il devient prioritaire de développer des régies de production compétitives sur le marché mondial, tout particulièrement en fertilisation, pour combler les besoins en azote (N), sans entraîner d’accumulation excessive de phosphore (P) dans les sols. Avec les cultures exigeantes en N, les producteurs biologiques sont confrontés à une problématique de saturation des sols en P, notamment les producteurs maraîchers puisque leurs cultures sont très exigeantes en N. De plus, parmi les EF disponibles, les fumiers et composts de fumier de bovins sont des sources de N abordables, mais aussi riches en P et comme l’efficacité fertilisante du N qu’ils contiennent est faible, de grandes quantités doivent être appliquées. Ces produits contribuent donc à élever les teneurs en P du sol. Les granules de fientes de poules (GFP) pourraient être une alternative. Ces dernières sont riches en azote total (35 à 40 kg Ntot/T) et facilement minéralisable (C/N < 8). Ainsi, des volumes moitié moins grands sont nécessaires. Ce type d’engrais a d’ailleurs gagné en popularité en maraîchage biologique, mais il est épandu souvent en une seule application à la volée, avant l’implantation, ce qui a pour conséquence de fertiliser inutilement les entre-rangs. Toutefois, de par sa forme granulée, il pourrait être appliqué efficacement en bande.

Objectif(s)

Ce projet vise à développer, pour les cultures maraîchères exigeantes en N et cultivées en rangs - telles que le chou d’été - une régie de fertilisation utilisant les GFP afin de mettre à profit l’application en bande et le fractionnement. Plus spécifiquement, il permettra de démontrer que l’application en bande et le fractionnement de la dose totale permettent :

  • d'abaisser les quantités apportées de GFP, comparativement à l’application à la volée;
  • de produire des rendements aussi hauts sinon plus élevés, tout en réduisant le nitrate résiduel post-récolte, et cela dans trois régions et contexte de production différents; et
  • de comparer les coûts et revenus des régies testées selon 3 régies producteurs différentes.

De 2018 à 2019

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Agriculture biologique, Valorisation des résidus, Gestion des matières fertilisantes

Services

Bien utiliser le fumier de poules réduira les coûts de production et favorisera de bons rendements.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, Les Jardins Barry Inc., CÉGEP de Victoriaville, Club agroenvironnemental en agriculture, Vallons Maraîchers

Cela pourrait vous intéresser

Champ de pommes de terre
2016-2018 • Production maraîchère

Impact de la régie d’irrigation et du cultivar sur l’utilisation de l’azote par la pomme de terre en conditions commerciales de production

Ce projet vise à mesurer, dans des conditions commerciales, l’impact de la régie d’irrigation sur le prélèvement de l’azote par les plants ainsi que l’azote disponible dans le sol.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
Molécules d'ADN
2019-2023 • Production maraîchère

Utilisation du séquençage à haut débit pour l’identification d’organismes pathogènes des plantes

Évaluation et mise au point d'un processus diagnostique utilisant le séquençage à haute débit pour l’identification d’organismes pathogènes des plantes.

Chercheurs : Richard Hogue Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue
Luc Belzile
Chrysomèle rayée du concombre, crédit-photo : IRIIS Phytoprotection
2019-2022 • Production maraîchère

Développement de stratégies de piégeage massif de la chrysomèle rayée du concombre dans la production biologique de cucurbitacées

Projet visant à développer des stratégies de piégeage massif qui maintiennent les populations de chrysomèle rayée du concombre sous le seuil économique des dommages tout en minimisant les captures de pollinisateurs et d’ennemis naturels.

En savoir plus sur le projet