Fraises biologiques avec plasticulture : étude de différentes stratégies de fertilisation azotée sur les rendements et sur la rentabilité de la culture

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

La production de fraises d’été sur plastique permet d’obtenir des fruits l’année de l’implantation ou de désaisonnaliser la production. L’utilisation du plastique permet également de contrôler les mauvaises herbes.

Comme les fraises sont implantées pour deux ans, il est souvent impossible de fournir tout l’azote nécessaire à la plante seulement avec l’utilisation de compost lors de l’implantation sans apporter trop de phosphore. Les producteurs biologiques doivent donc faire des précédents culturaux qui apporteront idéalement de l’azote, combinés à des apports de compost avant de dérouler le plastique. Ensuite, une fertilisation est apportée via le système goutte à goutte (fertigation) à partir de la fin juin. Pour la deuxième année de production, puisqu'il n’est plus possible d’appliquer des engrais au sol, les apports sont réalisés complètement par fertigation.

Différents engrais solubles biologiques existent sur le marché et différentes stratégies seront testées tout en calculant leurs coûts totaux associés. Les produits suivants : BioFert Tomate et Légumes 3-1-4, BioFert Cal-O 6 % Calcium ainsi que le Trident (6-1-1), un nouveau produit moins coûteux.

En production de fraises d’été biologiques sur plastique, un des postes de dépenses importants qui diffère de la fraise conventionnelle est le coût de l’azote (N) apporté sous une forme acceptée selon les normes biologiques. Ceci constitue une limitation pour le développement de parcelles biologiques de fraises, mais aussi pour les productions maraîchères et fruitières produites à haute densité dont le coût d’implantation est élevé.

Objectif(s)

  • Tester diverses stratégies de fertilisation biologique dans la fraise d’été sur plastique afin d’en diminuer les coûts.
  • Évaluer la rentabilité d’une culture ayant des coûts d’implantation notables dus à l’implantation sur plastique.

De 2017 à 2019

Durée du projet

Production fruitière

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes

Service

Ces travaux contribueront à augmenter la compétitivité des producteurs québécois.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Ferme Jean-Pierre Plante

Cela pourrait vous intéresser

Tordeuse à bandes obliques, Crédit-photo : Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection - MAPAQ
2019-2022 • Production fruitière

Stratégie de lutte biologique contre la tordeuse à bandes obliques en verger sous confusion sexuelle contre le carpocapse de la pomme

Élaboration d'une stratégie de lutte biologique contre la tordeuse à bandes obliques dans un contexte où la confusion sexuelle contre le carpocapse de la pomme est utilisée.

En savoir plus sur le projet

Daniel Cormier
Gérald Chouinard
Longues cannes de framboises
2019-2023 • Production fruitière

Régie de production de longues cannes de framboises biologiques hors sol

Réalisation d'une production biologique de framboises en régie hors sol abritée rentable et compétitive pour viser une commercialisation de proximité ou dans les grandes chaînes de distribution.

Chercheure : Annabelle Firlej

En savoir plus sur le projet

Annabelle Firlej
Cécidomyie du pommier
2014-2017 • Production fruitière

Établissement d’un seuil d’intervention évolutif pour la cécidomyie du pommier et modélisation de l’abondance des populations d’adultes de ce nouveau ravageur

La cécidomyie du pommier (CDP), Dasineura mali (Kieffer), est un nouvel ennemi du pommier au Québec. Ce projet permettra de connaître la phénologie de ce ravageur, d’établir un seuil d’intervention évolutif et d’intégrer ces résultats au sein d’un modèle phénologique dans CIPRA.

Chercheur : Daniel Cormier

En savoir plus sur le projet

Daniel Cormier