Impact de l’apport de matières organiques et de biostimulants sur le rétablissement et le maintien de la santé des sols et du rendement d’une fraisière en rangs nattés présentant un historique de dépérissement — Volet : rendements 2e année

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

Cette étude sera réalisée en complément à un projet débuté en 2015 dans un champ en production de fraises en rangs nattés présentant un historique de dépérissement de huit années. L’objectif de ce projet était de voir si l’apport de matières organiques (compost et engrais) ou de biostimulants, comparativement aux engrais minéraux seuls, permet d’obtenir une amélioration de la santé des sols se traduisant par le développement de plants plus vigoureux, moins enclins au dépérissement. L’étude initiale de deux ans couvrait donc l’année d’implantation (2015) et la 1ère année de production en fruits (2016). Considérant le montant disponible du projet initial, un suivi « classique » des maladies avait été entrepris. Toutefois, suivant l’intérêt des résultats de l’an 1, ainsi que l’octroi de financement supplémentaire, la 2e année en production (2017) a pu être englobée dans l’étude. Cet ajout permettra de tester les effets potentiels des traitements sur la santé du sol et des plants de même que sur leur productivité puisqu’une application supplémentaire de biostimulants sera possible (sur 2 saisons au lieu d’une) et que les matières organiques incorporées à l’implantation auront une année de plus pour interagir avec le sol. Le compost, en particulier, est reconnu pour ses effets à plus long terme suivant sa vitesse plus lente de dégradation que celle de sources organiques moins résistantes à la minéralisation, telles les fientes granulées de poules. De plus, l’étude des maladies sera renforcée. En effet, les tout derniers outils d’analyses biotechnologiques, mis au point et rendus disponibles au laboratoire d'écologie microbienne de l’IRDA, seront utilisés pour analyser l’abondance et la diversité des micro-organismes bénéfiques et pathogènes, tant des plants que ceux présents dans le sol, pour les deux années en production. Enfin, une analyse économique plus complète et solide, qui pourra s’appuyer sur deux années de production, sera ajoutée. 

Objectif(s)

  • Voir si l’amélioration de la santé des sols permet de contrer le dépérissement des fraisières. Plus précisément, vérifier l’impact de l’apport de compost et d’engrais organiques à l’implantation d’une fraisière et de l’applications annuelles de biostimulants sur :
    • la diversité microbienne des sols et de la rhizosphère;
    • le taux de maladie des plants;
    • les rendements de l’année 2 en production de fruits.
  • À la fin du projet, nous saurons si les biostimulants commerciaux ont bel et bien un effet et si leur achat est justifié, ce qui est important considérant leur coût élevé, ou si l’emploi d’amendements ou engrais organiques disponibles sur la ferme est suffisant ou donne même de meilleurs résultats, 3 ans après leur application.

De 2017 à 2018

Durée du projet

Production fruitière

Secteurs d'activité

Santé des sols, Gestion des matières fertilisantes

Services

Ce projet permet de mesurer les effets de produits commerciaux.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Réseau de lutte intégrée Bellechasse | Ferme Marivil

Cela pourrait vous intéresser

Fraises
2016-2017 • Production fruitière

Impact de l’apport de matières organiques et de biostimulants sur le rétablissement et le maintien de la santé des sols et du rendement d’une fraisière en rangs nattés présentant un historique de dépérissement

L’objectif de ce projet était de voir si l’apport de deux types d’engrais organiques ou de biostimulants permet d’obtenir des plants plus vigoureux et moins enclins au dépérissement.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
Bleuets

Détection des spores de pucciniastrum geopertianum – rouille balais sorcière bleuet

Ce projet vise à déterminer si le symptôme de balais de sorcière, observable sur le bleuetier, est vraiment causé par la rouille Pucciniastrum geopertianum qui sévit sur le sapin baumier.

Chercheur : Richard Hogue

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue
Fraisière
2015-2017 • Production fruitière

Développement d’une régie de culture misant sur l'amélioration de la santé des sols pour rétablir le potentiel de rendements de sites de fraisières en rangs nattés présentant un historique de dépérissement

Une régie basée sur l'apport de matière organique par l’usage d'amendements et engrais organiques permettra de rétablir la santé des sols et le rendement des fraisières en limitant l'occurrence de symptômes de dépérissement.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry