Évaluation de l'effet sur les rendements d’inoculum mycorhiziens commerciaux en enrobage de semences dans la culture de la carotte nantaise en sol minéral en début de transition biologique

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

Plusieurs entreprises commerciales vantent les bienfaits de l'ajout au semis d’inoculum de champignons mycorhiziens. Cet ajout aurait un impact sur les rendements de plusieurs cultures, dont la carotte, en favorisant une meilleure absorption de l’eau et de certains éléments minéraux. Cet ajout permet également d’augmenter les activités hormonales, l’agrégation des sols et permet d’induire une meilleure résistance aux stress. Cette pratique a cependant un coût et, comme les sols agricoles contiennent naturellement des populations mycorhiziennes, il est essentiel de tester si les souches commerciales parviennent à compétitionner les souches indigènes pour coloniser la plante hôte et de tester si, une fois la symbiose établie, celle-ci parvient à faire mieux que celle des populations indigènes. Selon les fabricants, la présence directe de l’inoculant sur la semence, par enrobage, permettrait aux souches commerciales de devancer les souches indigènes dans l’établissement de la symbiose.

Par ailleurs, les symbioses mycorhiziennes présenteraient un intérêt particulier en agriculture biologique. La période de transition biologique pourrait particulièrement bénéficier de l’inoculation de mycorhizes et de leur action puisque certaines populations indigènes ont été réprimées lors de la période de culture conventionnelle et que les populations destinées à s’installer sous régie biologique ne sont pas encore bien implantées.

Objectif(s)

Objectif général : Tester si les souches commerciales importées aux semis de la carotte nantaise parviennent à compétitionner les souches indigènes du sol pour coloniser la plante hôte et si, une fois la symbiose établie, celle-ci parvient à faire mieux que celle établie par les populations indigènes, dans un sol en transition biologique.

En vérifiant :

  1. Si la colonisation racinaire mycorhizienne est bonne ou meilleure que celle en absence d’inoculum;
  2. Si cette colonisation est bien due à la souche commerciale;
  3. Si l’inoculum modifie les quantités d’azote et de phosphore disponibles dans le sol et s’il entraîne un meilleur développement des plants;
  4. S’il y a amélioration du rendement et de la qualité des carottes récoltées; et
  5. Si l’impact positif de l’ajout d’un inoculant commercial permet une amélioration de la marge de production. 

 

De 2018 à 2020

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Agriculture biologique, Gestion des matières fertilisantes

Services

Ce projet contribuera à augmenter le rendement des futurs producteurs de carottes biologique.

Partenaires

Programme d’appui au développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire en région du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec

Cela pourrait vous intéresser

Galinsoga
2016-2018 • Production maraîchère

Lutte au galinsoga en maraîchage biologique

Ce projet évalue différents moyens de lutte physique et culturale au galinsoga, la principale préoccupation d'un bon nombre de maraîchers conventionnels et biologiques.

Chercheure : Maryse Leblanc

En savoir plus sur le projet

Maryse Leblanc
Brocolis
2015-2019 • Production maraîchère

Sélection et gestion d'intercalaires de légumineuses en cultures maraîchères biologiques

Ce projet valide l'utilisation d'intercalaires de légumineuses pour lutter contre les ennemis en cultures maraîchères (insectes, maladies et mauvaises herbes) tout en assurant une amélioration de la productivité et de la qualité des sols ainsi qu'une rentabilité économique.

Chercheure : Josée Boisclair

En savoir plus sur le projet

Josée Boisclair
Fraisière
2014-2017 • Production maraîchère

Identification des causes du dépérissement des fraisiers pour élaborer des stratégies de lutte intégrée

Ce projet proposait de réaliser un inventaire exhaustif des virus, des phytoplasmes, des champignons et des nématodes dans les pépinières et les fraisières pour préciser les causes du dépérissement des fraisiers au Québec.

Chercheur : Richard Hogue

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue