Utilisation à grande échelle des trichogrammes contre la pyrale du maïs (ostrinia nubilalis) dans le maïs sucré frais et de transformation au Québec

Josée Boisclair, chercheure

Josée Boisclair

Chercheure

450 653-7368
poste 330

Joindre Josée Boisclair

Description

Au Québec, la pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis, est le principal ravageur des cultures de maïs sucré frais et de transformation. Depuis une vingtaine d’années, des producteurs ont recours à la lutte biologique pour protéger leurs champs de maïs sucré contre la pyrale. Selon un protocole bien défini (dose de trichogrammes à l’hectare, nombre et points de lâchers), les trichogrammes sont introduits au moyen de trichocartes installées sur les plants de maïs au moment où a lieu la ponte de la pyrale du maïs. Ce projet vise à augmenter le nombre de producteurs de maïs sucré frais et de transformation qui ont recours aux lâchers de trichogrammes pour lutter contre la pyrale du maïs afin d’atteindre un nombre total de 200 entreprises au Québec. L’adoption de moyens de lutte à une plus grande échelle entraînera une réduction notable à l’échelle du Québec du nombre de pulvérisations d'insecticides dirigées contre la pyrale du maïs et des risques associés à leur utilisation pour une meilleure protection de l’environnement et de la santé humaine.

Objectif(s)

  • Déployer la lutte biologique à l’aide de trichogrammes contre la pyrale du maïs dans les cultures de maïs sucré frais et de transformation au Québec.
  • Atteindre un total de 200 entreprises québécoises cultivant du maïs sucré frais et/ou de transformation ayant recours à l’utilisation des trichogrammes pour lutter contre la pyrale du maïs et/ou doubler les superficies déjà sous lutte biologique à l’aide de trichogrammes, les faisant passer de 520 hectares (Dupuis, comm. pers.) pour le maïs sucré frais et de 280 hectares pour le maïs sucré de transformation (Dupuis, comm. pers.) à un total pouvant atteindre 1600 hectares.
  • Réduire l’utilisation d’insecticides dans les cultures de maïs sucré frais et de transformation.
  • Réduire les indices de risque pour l’environnement (IRE) et la santé (IRS).

De 2017 à 2019

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

Ce projet de transfert contribuera à réduire considérablement le nombre de pulvérisations d'insecticides contre la pyrale du maïs dans l'ensemble du Québec.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Para-Bio | Fédération québécoise des producteurs de fruits et légumes de transformation | Spécialités Lassonde | Bonduelle Canada | Anatis Bioprotection

Publications

Cela pourrait vous intéresser

Teigne du poireau
2015-2019 • Production maraîchère

Lutte biologique contre la teigne du poireau à l'aide de lâchers de trichogrammes en culture biologique du poireau au Québec

Ce projet vise à comparer l'efficacité de parasitisme de T. brassicae à celle de T. ostriniae sur la teigne du poireau.

Chercheure : Josée Boisclair

En savoir plus sur le projet

Josée Boisclair
Champ de pommes de terre
2017-2019 • Production maraîchère

Développement d’une fertilisation azotée mixte d'engrais à libération contrôlée et conventionnelle permettant de contrer le lessivage et de stabiliser les rendements annuels en pommes de terre

Apporter une majorité des besoins en azote sous une forme très peu lessivable permettra de minimiser la perte d'azote et d'appliquer une dose d'azote plus près de celle réellement nécessaire.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
Champ de pommes de terre
2016-2019 • Production maraîchère

Approche intégrée de fertilisation azotée permettant la production rentable de pommes de terre biologiques générant un bilan phosphore équilibré

Il existe un grand besoin de tester l’usage d’engrais verts comme source principale d'azote en culture de pommes de terre, lesquels contribuent aussi au maintien de la qualité des sols et à la lutte aux mauvaises herbes.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry