Utilisation à grande échelle des trichogrammes contre la pyrale du maïs (ostrinia nubilalis) dans le maïs sucré frais et de transformation au Québec

Annabelle Firlej, chercheure

Annabelle Firlej

Description

Au Québec, la pyrale du maïs, Ostrinia nubilalis, est le principal ravageur des cultures de maïs sucré frais et de transformation. Depuis une vingtaine d’années, des producteurs ont recours à la lutte biologique pour protéger leurs champs de maïs sucré contre la pyrale. Selon un protocole bien défini (dose de trichogrammes à l’hectare, nombre et points de lâchers), les trichogrammes sont introduits au moyen de trichocartes installées sur les plants de maïs au moment où a lieu la ponte de la pyrale du maïs. Ce projet vise à augmenter le nombre de producteurs de maïs sucré frais et de transformation qui ont recours aux lâchers de trichogrammes pour lutter contre la pyrale du maïs afin d’atteindre un nombre total de 200 entreprises au Québec. L’adoption de moyens de lutte à une plus grande échelle entraînera une réduction notable à l’échelle du Québec du nombre de pulvérisations d'insecticides dirigées contre la pyrale du maïs et des risques associés à leur utilisation pour une meilleure protection de l’environnement et de la santé humaine.

Objectif(s)

  • Déployer la lutte biologique à l’aide de trichogrammes contre la pyrale du maïs dans les cultures de maïs sucré frais et de transformation au Québec.
  • Atteindre un total de 200 entreprises québécoises cultivant du maïs sucré frais et/ou de transformation ayant recours à l’utilisation des trichogrammes pour lutter contre la pyrale du maïs et/ou doubler les superficies déjà sous lutte biologique à l’aide de trichogrammes, les faisant passer de 520 hectares (Dupuis, comm. pers.) pour le maïs sucré frais et de 280 hectares pour le maïs sucré de transformation (Dupuis, comm. pers.) à un total pouvant atteindre 1600 hectares.
  • Réduire l’utilisation d’insecticides dans les cultures de maïs sucré frais et de transformation.
  • Réduire les indices de risque pour l’environnement (IRE) et la santé (IRS).

De 2017 à 2019

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

Ce projet de transfert contribuera à réduire considérablement le nombre de pulvérisations d'insecticides contre la pyrale du maïs dans l'ensemble du Québec.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Para-Bio | Fédération québécoise des producteurs de fruits et légumes de transformation | Spécialités Lassonde | Bonduelle Canada | Anatis Bioprotection

Publications

Cela pourrait vous intéresser

2019-2023 • Production maraîchère

Développement de stratégies de fertilisation dans l’ail biologique combinant des engrais verts et de ferme basées sur leur dynamique de fourniture en N et P et leur impact sur la qualité des sols

L’acquisition de connaissances sur la dynamique de fourniture en azote de régies mixtes d’engrais verts et de ferme et sur l’évolution des prélèvements de l’azote par l’ail permettra de mettre au point des stratégies de fertilisation qui assurent de combler les besoins de l’ail tout en minimisant l’accumulation de phosphore et le lessivage de l’azote.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
2019-2020 • Production maraîchère

Outil de transfert des connaissances sur la répression physique des mauvaises herbes en production maraîchère biologique

Ce projet vise à concevoir un outil de transfert des connaissances sur la répression des mauvaises herbes en production maraîchère biologique.

Chercheure : Maryse Leblanc

En savoir plus sur le projet

Maryse Leblanc
2014-2017 • Production maraîchère

Identification des causes du dépérissement des fraisiers pour élaborer des stratégies de lutte intégrée

Ce projet proposait de réaliser un inventaire exhaustif des virus, des phytoplasmes, des champignons et des nématodes dans les pépinières et les fraisières pour préciser les causes du dépérissement des fraisiers au Québec.

Chercheur : Richard Hogue

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue
F