Quantification de l’érosion des sols organiques en production horticole à l’aide du césium-137

Claude Bernard, chercheur associé

Claude Bernard

Chercheur associé

418 643-2380
poste 406

Joindre Claude Bernard
Marc-Olivier Gasser, chercheur

Marc-Olivier Gasser

Chercheur

418 643-2380
poste 650

Joindre Marc-Olivier Gasser

Description

Les sols organiques en production horticole perdent de 0,3 à 4 cm annuellement et ne se régénèrent pas. Les principaux processus de dégradation seraient la décomposition microbienne, le tassement (50 %) ainsi que l’érosion (50 %). L’intensité réelle de l’érosion est cependant mal connue. La mesure de la redistribution spatiale du césium-137 (Cs-137) offre cependant une approche rapide et efficace pour la quantifier. La mesure de ce radioisotope dans 28 champs soumis à différentes expositions aux agents atmosphériques et à certaines pratiques antiérosives permettra de quantifier la sévérité à long terme (60+ ans) de l’érosion pour ces types de sols.

Objectif(s)

  • À l’aide du Cs-137, quantifier l’érosion cumulée depuis le début des années 1960 sur des sols organiques dans 28 champs.
  • Comparer les taux d’érosion révélés par les mesures de Cs-137 à ceux obtenus avec des mesures contemporaines.
  • Contribuer à la mise au point d’une approche intégrée de conservation des sols organiques à vocation horticole.

De 2019 à 2023

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Santé des sols

Service

Ce projet contribuera à une meilleure conservation des terres noires.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Université Laval

Cela pourrait vous intéresser

Galinsoga
2016-2018 • Production maraîchère

Lutte au galinsoga en maraîchage biologique

Ce projet évalue différents moyens de lutte physique et culturale au galinsoga, la principale préoccupation d'un bon nombre de maraîchers conventionnels et biologiques.

Chercheure : Maryse Leblanc

En savoir plus sur le projet

Maryse Leblanc
Foin et maïs

Essai d’inclusion de cultures fourragères pérennes comme source d’azote « fauchée-récoltée » dans une rotation longue de production biologique de pommes de terre et de grandes cultures

Des régies mixtes d’engrais verts en mélange, complémentés ou non d’engrais de ferme visant à combler les besoins en azote du maïs ensilage de la rotation, seront comparées.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry