Approche intégrée de fertilisation azotée permettant la production rentable de pommes de terre biologiques générant un bilan phosphore équilibré

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

Au Québec, la production biologique de pommes de terre ne représente que 0,3 % des superficies (CARTV 2012). Une consultation récente auprès de plusieurs producteurs et conseillers agricoles a fait ressortir qu'il n'y a pas de régie de fertilisation en azote établie, performante, présentant un bilan équilibré en phosphore. Les besoins en azote de la pomme de terre étant élevés, l'usage des engrais de ferme entraîne une saturation en phosphore du sol et leur usage devient très restreint en sol riche en phosphore. Ce problème est renforcé dans le cas de la pomme de terre puisque les fumiers frais sont proscrits (risque de gale) et que leur compostage diminue leur azote efficace et concentre le phosphore. Les fientes de poule granulées offrent une alternative puisqu'elles sont riches en azote efficace, mais elles sont coûteuses et aussi riches en phosphore. Il existe donc un grand besoin de tester l’usage d’engrais verts comme source principale d'azote, lesquels contribuent aussi au maintien de la qualité des sols et à la lutte aux mauvaises herbes. Une régie validée de fertilisation azotée aidera à la transition et l'expansion du secteur bio, ce qui est en accord avec la Stratégie de croissance du secteur biologique (MAPAQ).

Objectif(s)

  • Développer une fertilisation intégrant des engrais verts et des engrais de ferme, qui comble les besoins en azote de la pomme de terre sans hausser les taux de maladies et de mauvaises herbes, présentant un bilan phosphore équilibré.
  • Déterminer :
    • l'azote et le phosphore fournis par les engrais verts et les fientes granulées de poules;
    • la dynamique de l'azote et du phosphore du sol;
    • les prélèvements totaux en azote et les rendements;
    • la qualité des tubercules, leur taux de maladie et la population de mauvaises herbes;
    • la qualité du sol en fin de rotation.
  • Comparer les revenus et les coûts.

De 2016 à 2019

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes

Service

Les engrais verts en culture de pommes de terre contribuent au maintien de la qualité des sols et à la lutte aux mauvaises herbes.

Partenaires

Cultivons l'avenir II | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Programme Innov'Action | Agriculture et Agroalimentaire Canada

Cela pourrait vous intéresser

Biofumigation
2014-2018 • Production maraîchère

Impact de la biofumigation sur la banque de semences et l’écologie des mauvaises herbes

La biofumigation pourrait être une avenue intéressante pour augmenter la mortalité des graines en dormance en agriculture biologique.

Chercheure : Maryse Leblanc

En savoir plus sur le projet

Maryse Leblanc
Champ d'ail
2019-2023 • Production maraîchère

Développement de stratégies de fertilisation dans l’ail biologique combinant des engrais verts et de ferme basées sur leur dynamique de fourniture en N et P et leur impact sur la qualité des sols

L’acquisition de connaissances sur la dynamique de fourniture en azote de régies mixtes d’engrais verts et de ferme et sur l’évolution des prélèvements de l’azote par l’ail permettra de mettre au point des stratégies de fertilisation qui assurent de combler les besoins de l’ail tout en minimisant l’accumulation de phosphore et le lessivage de l’azote.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
Chrysomèle rayée du concombre, crédit-photo : IRIIS Phytoprotection
2019-2022 • Production maraîchère

Développement de stratégies de piégeage massif de la chrysomèle rayée du concombre dans la production biologique de cucurbitacées

Projet visant à développer des stratégies de piégeage massif qui maintiennent les populations de chrysomèle rayée du concombre sous le seuil économique des dommages tout en minimisant les captures de pollinisateurs et d’ennemis naturels.

Chercheure : Annabelle Firlej

En savoir plus sur le projet

Annabelle Firlej