Essai d’inclusion de cultures fourragères pérennes comme source d’azote « fauchée-récoltée » dans une rotation longue de production biologique de pommes de terre et de grandes cultures

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

En agriculture biologique, la plus grande part des besoins en azote des cultures est habituellement comblée avec des engrais de ferme, car ils sont riches en azote efficace. Cependant, ils sont aussi riches en phosphore, ce qui n’est pas le cas des engrais verts. Dans les rotations dites longues (> 5 ans) des producteurs biologiques, certaines cultures, dont la pomme de terre et le maïs, sont exigeantes en azote. Le défi réside donc dans le choix d’une séquence optimale des cultures jumelée au bon choix et à la bonne synchronisation des engrais verts et des engrais de ferme.

Ce projet fera suite à un projet mené entre 2016 et 2018 à la ferme laitière et horticole biologique Morinal, en Chaudière-Appalaches, qui avait permis de comparer différentes régies d’engrais verts et d’engrais de ferme. Dans ce même dispositif, des régies mixtes d’engrais verts en mélange, complémentés ou non d’engrais de ferme visant à combler les besoins en azote du maïs ensilage de la rotation seront comparés selon la séquence suivante : engrais verts à la dérobée/maïs ensilage/céréales/prairies. Les engrais de ferme testés seront les fientes brutes de volaille et lisier de bovin.

De plus, en remplacement des engrais de ferme, un apport d’engrais vert fauché-récolté à partir d’une prairie de légumineuses du producteur sera testé. En 2020, l’arrière-effet des régies sera évalué sur la croissance du blé semé comme plante abri d’une prairie de légumineuses dont la première coupe (2021) sera évaluée pour son potentiel comme engrais vert fauché-récolté. Finalement, ce projet permettra d’obtenir des résultats scientifiques et économiques couvrant toute la rotation 2016-2021 pour avoir les effets globaux sur la santé et la fertilité des sols et ainsi fournir des connaissances essentielles au développement de stratégies intégrées de fertilisation.

Objectif(s)

  • Pour chaque engrais vert et engrais de ferme, incluant les engrais verts fauchés-récoltés, déterminer leur impact sur :
    • le NPK disponible du sol incluant les flux de NO3,
    • les prélèvements totaux en NPK et les rendements du maïs,
    • le recouvrement en mauvaises herbes,
    • la qualité bio des sols (C labile et activité) et,
    • le Phosphore soluble à l'eau et le nitrate résiduel post-récolte.
  • Évaluer l’arrière-effet des régies de fertilisation sur les rendements du blé grainé (plante abri à une prairie de légumineuse) implanté l’année suivant le maïs ensilage, ainsi que sur l’occurrence des mauvaises herbes.
  • Mesurer la production de biomasse de la première coupe de la prairie de légumineuse comme source d’engrais vert fauché-récolté.
  • Analyser l’efficacité fertilisante globale des 6 ans de régies, leur impact sur la santé des sols et les revenus et coûts (marge sur coût variable).

De 2019 à 2022

Durée du projet

Production maraîchère, Grandes cultures

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes

Service

Cette phase d'un grand projet de six ans fournira des connaissances essentielles au développement de stratégies intégrées de fertilisation en agriculture biologique.

Partenaires

Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation – Programme Prime-Vert | Ferme Morinal | Réseau de lutte intégrée Bellechasse

Cela pourrait vous intéresser

Étang d'irrigation

Mesures de contrôle réduisant les risques de colmatage d’un procédé de traitement de l’eau du fleuve Saint-Laurent par filtration lente sur sable

Afin de gérer les risques de colmatage, ce projet vise à automatiser le pompage de l'eau du fleuve en fonction de la turbidité de l'eau et de réduire la prolifération des algues.

Chercheure : Caroline Côté

En savoir plus sur le projet

Caroline Côté
Engrais verts

Effet des légumineuses, des fumiers et du compost sur la dynamique de l'azote et la diversité microbienne du sol en production biologique

Cette étude a intégré trois facteurs établis dans un dispositif en split-split-plot, soit le mode de travail du sol, les cultures de rotation en agriculture biologique et l’apport de fumier ou de compost

Chercheure : Caroline Côté

En savoir plus sur le projet

Caroline Côté
Fausse-arpenteuse du chou, Crédit-photo : Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection - MAPAQ
2019-2021 • Production maraîchère

Réalisation de fiches techniques sur les ennemis naturels des principaux ravageurs des cultures maraîchères au bénéfice d’IRIIS phytoprotection

Projet visant à réaliser des fiches techniques sur les principaux ennemis naturels des ravageurs des cultures maraîchères au Québec.

Chercheure : Annabelle Firlej

En savoir plus sur le projet

Annabelle Firlej